L'histoire

Découvrir l'ancienne science des pyramides à Teotihuacan, où les hommes deviennent des dieux


Les rois perdus de Teotihuacan , une émission télévisée spéciale, a examiné pendant une heure la grande ville, ses habitants et les fouilles du temple de Quetzalcoatl (également connu sous le nom de pyramide du serpent à plumes.) Le programme a révélé des preuves d'une ingénierie avancée intégrée dans un système de tunnels, et placé directement sous la Pyramide. Alors qu'une équipe creusait les tunnels, les téléspectateurs ont été témoins de ce qui doit être considéré comme l'intérieur d'un ancien générateur, où des combinaisons de produits chimiques, minéraux, d'eau (et éventuellement de champs électromagnétiques) ont été introduites dans des chambres, produisant une certaine forme d'énergie. Comment et où cette énergie a été livrée est encore inconnu, mais sur la base de la conception du complexe, nous pouvons maintenant spéculer sur la façon dont l'ensemble de l'installation a pu fonctionner.

Notez que j'ai délibérément appelé Teotihuacan une installation, car c'est exactement ce que c'était et non une ville comme beaucoup l'ont spéculé.

Voici leur incroyable découverte.

Vue aérienne de Teotihuacan, Mexique. (Gian/Adobe Stock)

Tunnel mystérieux

En 2003, l'archéologue Sergio Gomez marchait près du temple de Quetzalcoatl, quand il a remarqué une grande fissure dans le sol à environ 20 pieds (six mètres) du pied des escaliers. Les pluies récentes avaient ouvert une surface, laissant un divot notable et exposant les touristes à d'éventuelles blessures. Gomez, qui avait travaillé à Teotihuacan pendant plus de 30 ans, a inspecté le site et a déterminé qu'il y avait quelque chose de curieux en dessous. Teotihuacan est considéré comme un parc archéologique et la plupart des archéologues savent que chaque pied carré de terre peut contenir des artefacts et des preuves importantes de l'histoire passée de la région.

  • Ils sont vivants ! Les sites mégalithiques sont plus que de la pierre
  • Le bâton d'or : le mythe de la fondation divine de Cuzco et les connexions scientifiques
  • Les anciens Péruviens pouvaient-ils ramollir la pierre ?

Gomez, membre de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH), a reçu l'autorisation d'enquêter sur la région et, plus tard dans l'année, a réuni une équipe d'experts qui a commencé à retirer soigneusement les débris de surface. Les fouilles archéologiques sont un processus lent et au fur et à mesure qu'ils descendaient, ils ont découvert un puits rond, semblable à un puits, parfaitement conçu en ciment et en pierre.

L'archéologue Sergio Gomez est descendu dans un puits de pierre et de ciment parfaitement formé qui passe sous terre à 14 pieds et s'ouvre sur une caverne profonde. Au moment de l'assemblage de la pyramide, le puits a peut-être fourni une combinaison d'eau et de produits chimiques qui ont réagi directement sous la pyramide, livrant sa charge aux gousses voisines. (PBS TV, Lost King's de Teotihuacan. Capture d'écran via Youtube)

Sans le savoir, ils avaient découvert le principal point d'accès à la conception originale du complexe qui tombait de plus de 12 mètres. Alors qu'ils descendaient dans le puits qui s'ouvrait dans une caverne, ils ont nettoyé plus de 400 tonnes de terre, de débris et de parties de bâtiments abandonnés, à la recherche d'artefacts.

Cliff Dunning discutera Science des pyramides mayas au Une ancienne technologie de pointe découverte conférence les 24 et 25 avril 2021. Obtenez votre billet ICI!

Une fois dans la caverne, ils remarquèrent que l'espace avait été soigneusement découpé dans un substrat rocheux solide et ouvert dans un grand tunnel. Avant que l'équipe ne commence à retirer les débris qui bloquaient l'entrée du tunnel, Gomez a fait scanner l'espace au laser pour déterminer sa profondeur et d'autres indices sur sa formation. Les analyses ont renvoyé des images d'un tunnel découpé avec précision qui s'étendait à plus de 100 mètres sous la pyramide. Les scans ont également révélé des poches étranges ou de petits dépôts qui tombaient du puits principal et qui avaient l'apparence de petites pièces.

Lorsque l'équipe a commencé à creuser le tunnel, elle a fait la première de nombreuses découvertes d'artefacts et d'outils laissés par ceux qu'elle considérait être les constructeurs. À la barre des 100 pieds (30 mètres), plus de 50 000 artefacts ont été récupérés, ce qui a amené l'équipe à considérer qu'une tombe royale se trouvait à proximité.

Une partie du tunnel principal avec des preuves de la ligne des hautes eaux, atteignant le sommet. Le tunnel est divisé en sous-chambres (notées par les sous-murs très sombres) où peut-être des métaux lourds sont tombés et étaient contenus dans des stations de mélange avant de délivrer une charge ou une réaction chimique à une zone centrale directement sous la pyramide. Les archéologues semblent ignorer complètement la science inconnue qui aurait pu jouer un rôle dans le complexe de la pyramide. (La source: Journal numérique)

D'étranges sphères de pyrite découvertes

L'équipe d'excavation a également trouvé le premier d'un certain nombre de dépôts chimiques et minéraux enfouis dans la terre. Des centaines de sphères dorées ont été découvertes dans divers états de décomposition. Ils étaient composés de pyrite (l'or des fous) et d'un mélange d'adobe et de roche concassée.

Une boule de pyrite très rare et très fine, du Pérou. (Rob Lavinsky, iRocks.com/ CC BY-SA 3.0 )

Gomez avait également remarqué que les murs étaient recouverts de pyrite, ce qui dégageait un étrange effet phosphorescent dans les parties non éclairées du tunnel. Prenant soin de vérifier la zone restante, Gomez a demandé un autre balayage laser du tunnel pour déterminer ce qui l'attendait. À sa grande surprise, les puits se terminaient par une enceinte en forme de croix, le centre étant placé directement sous le point le plus élevé de la pyramide.

Le balayage laser 3D créé par un drone montre que la profondeur et la longueur du tunnel creusé dans le substratum rocheux solide. Les petites cavités (espaces inférieurs) dans le tunnel peuvent avoir été des chambres de mélange chimique comme en témoignent l'eau, la pyrite, le mercure et le radon qui ont été découverts. (La source: La Razón )

Au moment d'écrire ces lignes, les fouilles se poursuivent dans le but de découvrir une tombe royale, mais il existe un certain nombre de découvertes critiques qui indiquent le but réel du système de tunnels. Premièrement, on pense que les artefacts et les offrandes ont été laissés par les personnes qui ont redécouvert Teotihuacan il y a plus de 1 800 ans et n'avaient rien à voir avec la conception originale du système. Un certain nombre d'indices importants nous offrent un aperçu de l'intention originale du complexe pyramidal et d'autres composants qui composent cette découverte.

Champs géomagnétiques et pyramides

Des découvertes récentes dans l'ingénierie des pyramides anciennes ont suggéré qu'un grand nombre d'entre elles ont été conçues comme une forme de générateurs d'énergie par différentes cultures à travers le monde. Dans certains endroits, notamment en Amérique centrale et en Amérique du Sud, les techniques de construction semblent avoir été partagées.

John Burke, homme d'affaires et scientifique, a fait une découverte importante sur l'énergie électromagnétique pyramidale en 2005. Burke avait détecté une décharge géomagnétique sur un certain nombre de sites mégalithiques et de monticules nord-américains et européens, notamment Stonehenge, The Serpent Mound dans l'Ohio et un variété de petits enclos en pierre le long des côtes orientales. À l'aide d'un équipement de balayage à la pointe de la technologie, notamment un magnétomètre et un voltmètre électrostatique, il a pu déterminer que chaque emplacement avait été choisi en raison de son champ d'énergie tellurique naturel qui a pulsé vers la structure ou la zone environnante.

Tout le monde peut deviner à quoi ces sites ont été utilisés, mais nous comprenons maintenant qu'ils peuvent avoir un effet positif sur la physiologie humaine et améliorer considérablement les semences des cultures. Ce qui est déroutant, c'est la façon dont les constructeurs ont su trouver les champs telluriques sans équipement de numérisation ?

  • Les anciens murs de pierre de Saksaywaman au Pérou contiennent-ils une communication cachée ?
  • Newgrange et Saqsayhuaman : séparés à la naissance en 3050 av.
  • Zep Tepi et le mystère Djed : l'épine dorsale d'Osiris - Partie I

Sentant qu'il pourrait y avoir plus à améliorer l'énergie électromagnétique, Burke a commencé à scanner des complexes pyramidaux en Amérique centrale qui ont été conçus avec un haut niveau de précision. Il finirait par découvrir une pyramide spécifique à Tikal, une ancienne ville maya au Guatemala, qui était utilisée par les agriculteurs locaux pour améliorer leurs semences. Connue sous le nom de pyramide Mundo Perdido (en espagnol pour "Monde perdu"), et considérée comme l'une des plus anciennes pyramides de l'ensemble du complexe (600 av.

Burke et son partenaire de recherche Kaj Halberg ont découvert des signatures électromagnétiques qui mesuraient des charges impressionnantes au sommet de la pyramide. Dans une série d'analyses, les lectures ont montré un changement moyen de 908 volts sur une courte période de temps, qui était concentré aux premières heures du matin. Burke mentionne les lectures et déclare: «Ces tensions peuvent sembler mortelles et s'il s'agissait d'un courant domestique, elles pourraient l'être. Cependant, la charge électrique statique dans l'air est un type d'électricité différent et même un millier de volts n'est pas dangereux. Sa découverte de la génération de champ pyramidal est fascinante, mais ce qu'il a en fait découvert était un moyen de générer et peut-être de distribuer de l'énergie électromagnétique au sein d'un complexe pyramidal.

Pyramide Mundo Perdido (Le Monde Perdu) à Tikal, Guatemala. (Photo d'Anton Ivanov/Adobe Stock)

Ce que nous ne savons pas sur la pyramide du monde perdu, c'est si elle a d'autres composants intégrés dans sa construction, similaires à la pyramide du serpent. Nous comprenons maintenant que dans un certain nombre de pyramides mayas, il y a des composants clés conçus dans leur construction qui agissent comme des loupes. Ces composants semblent être importants dans la création, le grossissement et la distribution des champs telluriques :

  1. L'eau, se déplaçant naturellement, y compris les rivières ou les cenotes (trouvés à El Castillo à Chichen Itza) ou par des canaux ou tunnels artificiels, similaires au temple de l'inscription trouvé à Palenque.)
  2. Champs géomagnétiques. Champs telluriques naturellement formés qui ont une période haute et basse tout au long du jour et de la nuit.
  3. Conception de pyramide. La forme pyramidale spécifique semble améliorer considérablement les champs telluriques qui montent et pénètrent au centre de la chambre.
  4. Remplissage intérieur de la pyramide. Dans un certain nombre de pyramides, des roches qui sont de bons conducteurs électromagnétiques remplissent l'intérieur des pyramides et sont utilisées pour améliorer le champ pulsé. Les roches qui ont des veines avec du quartz, du granit et d'autres propriétés conductrices d'électricité semblent être favorisées.

Les découvertes chimiques et minérales que Gomez a faites à la Pyramide du Serpent ont bon nombre des mêmes propriétés que celles trouvées dans les emplacements des pyramides mayas, avec quelques rebondissements.

Qu'est-ce qui a fait courir la pyramide ?

Alors que Gomez et son équipe creusaient le tunnel, ils ont découvert des traces d'eau en haut du mur. La marque s'étend sur toute la longueur du tunnel, indiquant que l'espace se remplirait constamment d'eau. Les marques sont presque noires et semblent avoir été gravées avec un concentré chimique.

Le transport de l'eau a été acheminé à travers le puits de pierre depuis la surface et dirigé pour s'écouler sur des régions spécifiques du tunnel.

Le directeur de l'excavation, Sergio Gomez, inspecte une partie d'un mur de pierre trouvé dans le tunnel. Une ligne des hautes eaux qui couvre toute la zone du tunnel et de la caverne est la preuve que l'eau était un ingrédient important dans certaines réactions chimiques. (La source: Les temps du Yucatan)

Les découvertes récentes de résidus minéraux et chimiques et la conception du puits de puits, de la caverne et du système de tunnel permettent de conclure que le système souterrain a été conçu pour créer un certain type de décharge qui peut avoir eu lieu dans la petite chambre qui mène au configuration principale en forme de croix au bout du tunnel.

Cette découverte d'eau, de minéraux et de produits chimiques n'a jamais été une considération de Gomez ou des autres archéologues, dont l'objectif principal est de creuser le tunnel. Au cours des dernières années, les combinaisons chimiques et minérales suivantes ont été découvertes en grandes quantités dans tout le système de tunnels.

De la pyrite et des flaques de mercure ont été découvertes et, il y a quelques années, du gaz radon a été détecté en passant par un certain nombre de zones des tunnels, obligeant les travailleurs à porter un équipement respiratoire protecteur. Si vous combinez ces éléments et un champ tellurique géomagnétique, l'effet peut être plusieurs fois supérieur à celui détecté par Burke à la pyramide du Monde perdu. C'est une découverte profonde.

Une science ancienne et inconnue conçue pour créer de l'énergie dirigée vers le haut et dans la pyramide est fascinante à considérer et doit être analysée plus avant. Malheureusement, nous nous retrouvons avec plus de questions que de réponses. Qui étaient les bâtisseurs de Teotihuacan ?

Masque Serpentine, Teotihuacán, 200-500 AD. ( CC BY-SA 3.0 )


Photos : Les étonnantes pyramides de Teotihuacan

Teotihuacan (prononcé te-o-tee-waka-n) est considérée par les archéologues comme la première grande ville des Amériques. Il était situé dans la région nord-est de la vallée de Mexico, à environ 56 kilomètres de la ville moderne de Mexico. Il existait depuis environ 100 av. à 550 après JC.

À son apogée, Teotihuacan mesurait environ 14 miles carrés (36 km carrés) et abritait une variété d'autochtones de nombreuses régions différentes, notamment les Mayas, les Mixtèques et les Zapotèques. En 400 après JC, Teotihuacan était la ville la plus densément peuplée de toutes les Amériques avec une population de plus de 100 000 personnes.


Offrande originale trouvée à la pyramide de Teotihuacan

Les archéologues ont annoncé mardi qu'ils avaient creusé au cœur même de la plus haute pyramide du Mexique et trouvé ce qui pourrait être l'offrande cérémonielle originale placée sur le site de la Pyramide du Soleil avant le début de la construction.

Les offrandes trouvées à la base de la pyramide sur le site des ruines de Teotihuacan, juste au nord de Mexico, comprennent un masque de pierre serpentine verte si délicatement sculpté et détaillé que les archéologues pensent qu'il s'agissait peut-être d'un portrait.

La découverte comprend également 11 pots d'argile cérémoniels dédiés à un dieu de la pluie similaire à Tlaloc, qui était encore vénéré dans la région 1 500 ans plus tard, selon un communiqué de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire, ou INAH.

Les offrandes, dont des os d'aigle nourris de lapins ainsi que d'animaux félins et canins qui n'ont pas encore été identifiés, ont été déposées sur une sorte de socle en moellons où le temple a été érigé vers 50 après JC.

"Nous savons qu'il a été déposé dans le cadre d'un rituel de consécration pour la construction de la Pyramide du Soleil", a déclaré l'archéologue de l'INAH Enrique Perez Cortes.

Les experts ont suivi un ancien tunnel creusé à travers la pyramide par des chercheurs dans les années 1930 qui manquait de peu le centre, puis en ont creusé de petites extensions et des puits d'exploration.

Ce qu'ils ont trouvé indique les premiers jours de la culture encore largement mystérieuse de Teotihuacan.

Les restes de trois structures antérieures à la pyramide ont été retrouvés enterrés à la base. Les archéologues savaient que la signification cérémonielle du site, peut-être en tant que « lien » avec le monde souterrain, était antérieure aux pyramides.

Ils ont également trouvé sept sépultures, dont certaines des restes d'enfants.

Susan Gillespie, professeure agrégée d'anthropologie à l'Université de Floride qui n'était pas impliquée dans le projet, a qualifié la découverte de « excitante et importante, même si je ne dirais pas qu'elle était inattendue » étant donné que les offrandes de dédicace étaient généralement placées dans les pyramides mésoaméricaines.

"Il est passionnant que ce qui ressemble à la cache de fondation originale de ce qui allait devenir la plus grande pyramide (en hauteur) du Mexique (et l'une des plus grandes au monde) ait finalement été trouvé, après de nombreux efforts concertés à sa recherche, " Gillespie a écrit dans un e-mail.

Elle a déclaré que la découverte donne une meilleure image de la continuité des pratiques religieuses au cours de la longue histoire de Teotihuacan. Certains des mêmes thèmes trouvés dans l'offrande sont répétés dans d'anciennes peintures murales peintes sur les murs de la ville des siècles plus tard.

George Cowgill, anthropologue à l'Arizona State University, a qualifié la découverte de "assez importante" et a suggéré que les offrandes de Tlaloc pourraient épaissir le débat sur la question de savoir si la pyramide était liée au soleil, au monde souterrain ou à Tlaloc, qui était également considéré comme un dieu de la guerre.

"La découverte de sept humains suggère qu'ils étaient probablement des victimes sacrificielles, ainsi que plusieurs espèces d'animaux féroces", a écrit Cowgill.

La ville a été fondée il y a près de 2 500 ans et a exercé une influence dominante sur l'architecture, le commerce et la culture dans de vastes pans de l'ancien Mexique. Mais l'identité de ses dirigeants reste un mystère et la ville a été abandonnée au moment où les Aztèques sont arrivés dans la région dans les années 1300 et lui ont donné le nom de Teotihuacan, qui signifie "le lieu où les hommes deviennent des dieux".

©2011 La Presse Associée. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.


État de Mexico aujourd'hui

Les principales industries de l'État comprennent la transformation des aliments, la construction, les véhicules à moteur, les produits chimiques, les textiles, le papier, les machines et les industries d'assemblage, les équipements et appareils électriques et électroniques. Des entreprises telles que Chrysler, Ford, Nissan, Hoechst, Pfizer et Motorola exploitent plus de 20 complexes industriels dans tout l'État.

Les pyramides de Teotihuac&# xE1n sont devenues une destination touristique internationale, en partie grâce à la désignation de la ville antique&# x2019s comme site du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1987. Les visiteurs de la région&# x2019s parcs, réserves fauniques et musées fournissent également des revenus importants de l'État.

Les grandes et les petites fermes de l'État cultivent une variété de fruits et de cultures de base, notamment la mangue, l'avocat, l'orange, la prune, les noix, le mamey (semblable à un abricot), la papaye, le maïs, le blé, la luzerne, le cactus maguey, les tomates et les haricots .


Teotihuacan

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Teotihuacan, (Nahuatl : « La Cité des Dieux ») la ville la plus importante et la plus grande du centre du Mexique pré-aztèque, située à environ 50 km au nord-est de la ville moderne de Mexico. A son apogée (c. 500 ce ), il englobait environ 8 miles carrés (20 km carrés) et abritait une population estimée à 125 000-200 000, ce qui en fait, à l'époque, l'une des plus grandes villes du monde. C'était le principal centre économique et religieux de la région. Teotihuacán a été désigné site du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1987.

La région a été colonisée vers 400 avant notre ère, mais elle n'a connu une croissance urbaine à grande échelle que trois siècles plus tard, avec l'arrivée de réfugiés de Cuicuilco, une ville détruite par l'activité volcanique. On ne sait pas si le plan d'urbanisme de base date également de cette époque. Environ 750 après JC, le centre de Teotihuacán a brûlé, peut-être lors d'une insurrection ou d'une guerre civile. Bien que certaines parties de la ville aient été occupées après cet événement, une grande partie est tombée en ruine. Des siècles plus tard, la région était vénérée par les pèlerins aztèques.

L'origine et la langue des Teotihuacanos sont encore inconnues. Leurs influences culturelles se sont répandues dans toute la Méso-Amérique et la ville a fait du commerce avec des régions éloignées. Peut-être les deux tiers de la population urbaine étaient impliqués dans l'agriculture dans les champs environnants. D'autres travaillaient avec de la céramique ou de l'obsidienne, un verre volcanique utilisé pour les armes, les outils et l'ornementation. La ville comptait également un grand nombre de marchands, dont beaucoup y avaient immigré de très loin. Les prêtres-dirigeants qui gouvernaient la ville ont également organisé de grands concours religieux et des cérémonies qui impliquaient souvent des sacrifices humains.

En plus de quelque 2 000 complexes d'appartements de plain-pied, la ville en ruines contient de grandes places, des temples, une rivière canalisée et des palais de nobles et de prêtres. Les bâtiments principaux sont reliés par une route de 130 pieds (40 mètres) de large, l'Avenue des Morts ("Calle de los Muertos"), qui s'étend sur 1,5 miles (2,4 km) orientée légèrement à l'est du nord géographique, il pointe directement vers le pic sacré voisin de Cerro Gordo. On pensait autrefois à tort que l'avenue des morts était bordée de tombes, mais les bâtiments bas qui la bordent étaient probablement des résidences de palais.

L'extrémité nord de l'avenue des morts est coiffée par la pyramide de la lune et flanquée de plates-formes et de pyramides plus petites. La deuxième plus grande structure de la ville, la Pyramide de la Lune s'élève à 140 pieds (43 mètres) et mesure 426 par 511 pieds (130 par 156 mètres) à sa base. Son escalier principal fait face à l'avenue des Morts.

Le long de la partie sud de l'avenue se trouve la Ciudadela ("Citadelle"), une grande cour carrée couvrant 38 acres (15 hectares). Dans la citadelle se dresse le temple de Quetzalcóatl (le serpent à plumes) sous la forme d'une pyramide tronquée faisant saillie de ses murs richement décorés, de nombreuses têtes en pierre de la divinité. Les murs du temple étaient autrefois peints en rouge hématite. Les fouilles de la Citadelle ont été effectuées pour la première fois au cours de la période 1917-1920. Des sites de sépulture individuels ont été trouvés autour du temple en 1925, et au début des années 1980, les archéologues ont découvert les restes enterrés cérémonieusement de 18 hommes, probablement des soldats qui avaient été rituellement sacrifiés. La datation au carbone 14 a indiqué que les tombes ont été préparées vers 200 ce . D'autres travaux ont révélé plus de 130 squelettes des deux sexes dans des fosses communes le long des bords du temple, ainsi qu'en dessous.

La Pyramide du Soleil est l'une des plus grandes structures de ce type dans l'hémisphère occidental. Il domine le centre-ville du côté est de l'Avenue des Morts. La pyramide s'élève à 216 pieds (66 mètres) au-dessus du niveau du sol et mesure environ 720 pieds sur 760 (220 mètres sur 230) à sa base. Il a été construit d'environ 1 000 000 de verges cubes (765 000 mètres cubes) de matériaux, y compris taillés tezontle, une roche volcanique rouge grossière de la région. Au cours de travaux de restauration organisés à la hâte en 1905-1910, l'architecte Leopoldo Batres a arbitrairement ajouté un cinquième niveau de terrasse à la structure et nombre de ses pierres de parement d'origine ont été retirées. Au début des années 1970, l'exploration sous la pyramide a révélé un système de grottes et de tunnels. Au cours des années suivantes, d'autres tunnels ont été découverts dans toute la ville, et il a été suggéré qu'une grande partie de la pierre de construction de Teotihuacán y avait été extraite.

La ville a été initialement fouillée en 1884. Dans les années 1960 et 70, la première enquête systématique (le Teotihuacán Mapping Project) a été dirigée par l'archéologue américain René Millon, et des centaines de travailleurs en 1980-1982 ont fouillé sous la direction de l'archéologue mexicain Rubén. Cabrera Castro. Les travaux dans les années 1990 se sont concentrés sur les tunnels souterrains de la ville et sur les complexes d'appartements, qui se sont avérés être décorés de peintures murales aux couleurs vives. Des menaces de longue date pour la plus grande zone de ruines sont posées par l'habitation humaine (y compris cinq villes), de nombreux magasins, routes et autoroutes, et une base militaire. De nombreux quartiers fouillés à la fin du 20e siècle avaient été auparavant cultivés par des agriculteurs. Voir également civilisations précolombiennes : Teotihuacan.


Analyses

Dans une série de balayages, les lectures ont également montré un changement moyen de 908 volts sur une courte période de temps. Qui était concentré dans les premières heures du matin. Burke mentionne les lectures et déclare : « Ces tensions peuvent également sembler mortelles. Et s'il s'agissait d'un courant domestique, ils pourraient l'être. Cependant, la charge électrique statique dans l'air est différente. Le type d'électricité et même un millier de volts n'est pas dangereux. Sa découverte de la génération de champs pyramidaux est fascinante. Mais ce qu'il a en fait découvert était un moyen de générer et peut-être de distribuer de l'énergie électromagnétique au sein d'un complexe pyramidal.

Ce que nous ne savons pas sur la pyramide du monde perdu, c'est si elle a d'autres composants intégrés dans sa construction. Similaire à la Pyramide du Serpent. Nous comprenons maintenant que dans un certain nombre de pyramides mayas également, il y a des éléments clés. Conçus dans leur construction qui agissent comme des loupes. Ces composants semblent être importants dans la création, le grossissement et la distribution des champs telluriques :

L'eau, se déplaçant naturellement, y compris les rivières ou les cenotes (trouvés à El. Castillo à Chichen Itza) ou par des canaux ou tunnels artificiels, similaires au temple de l'inscription trouvé à Palenque.)


Champs géomagnétiques et pyramides

Des découvertes récentes dans l'ingénierie des pyramides anciennes ont suggéré qu'un grand nombre d'entre elles ont été conçues comme une forme de générateurs d'énergie par différentes cultures à travers le monde. Dans certains endroits, notamment en Amérique centrale et en Amérique du Sud, les techniques de construction semblent avoir été partagées.

John Burke, homme d'affaires et scientifique, a fait une découverte importante sur l'énergie électromagnétique pyramidale en 2005. Burke avait détecté une décharge géomagnétique sur un certain nombre de sites mégalithiques et de monticules nord-américains et européens, notamment Stonehenge, The Serpent Mound dans l'Ohio, et un variété de petits enclos en pierre le long des côtes orientales. À l'aide d'un équipement de balayage à la pointe de la technologie, notamment un magnétomètre et un voltmètre électrostatique, il a pu déterminer que chaque emplacement avait été choisi en raison de son champ d'énergie tellurique naturel qui a pulsé vers la structure ou la zone environnante.

Tout le monde peut deviner à quoi ces sites ont été utilisés, mais nous comprenons maintenant qu'ils peuvent avoir un effet positif sur la physiologie humaine et améliorer considérablement les semences des cultures. Ce qui est déroutant, c'est de savoir comment les constructeurs ont su trouver les champs telluriques sans équipement de numérisation ?

Sentant qu'il pourrait y avoir plus à améliorer l'énergie électromagnétique, Burke a commencé à scanner des complexes pyramidaux en Amérique centrale qui ont été conçus avec un haut niveau de précision. Il finirait par découvrir une pyramide spécifique à Tikal, une ancienne ville maya au Guatemala, qui était utilisée par les agriculteurs locaux pour améliorer leurs semences. Connu sous le nom de pyramide Mundo Perdido (espagnol pour « monde perdu ») et considéré comme l'une des plus anciennes pyramides de l'ensemble du complexe (600 av.

Burke et son partenaire de recherche Kaj Halberg ont découvert des signatures électromagnétiques qui mesuraient des charges impressionnantes au sommet de la pyramide. Dans une série de balayages, les lectures ont montré un changement moyen de 908 volts sur une courte période de temps, qui était concentré aux premières heures du matin. Burke mentionne les lectures et déclare: «Ces tensions peuvent sembler mortelles et s'il s'agissait d'un courant domestique, elles pourraient l'être. Cependant, la charge électrique statique dans l'air est un type d'électricité différent et même un millier de volts n'est pas dangereux. Sa découverte de la génération de champ pyramidal est fascinante, mais ce qu'il a en fait découvert était un moyen de générer et peut-être de distribuer de l'énergie électromagnétique au sein d'un complexe pyramidal.

Pyramide Mundo Perdido (Le Monde Perdu) à Tikal, Guatemala. (Photo d'Anton Ivanov/Adobe Stock)

Ce que nous ne savons pas sur la pyramide du monde perdu, c'est si elle a d'autres composants intégrés dans sa construction, similaires à la pyramide du serpent. Nous comprenons maintenant que dans un certain nombre de pyramides mayas, il y a des composants clés conçus dans leur construction qui agissent comme des loupes. Ces composants semblent être importants dans la création, le grossissement et la distribution des champs telluriques :

  1. L'eau, se déplaçant naturellement, y compris les rivières ou les cenotes (trouvés à El Castillo à Chichen Itza) ou par des canaux ou tunnels artificiels, similaires au temple de l'inscription trouvé à Palenque.)
  2. Champs géomagnétiques. Champs telluriques naturellement formés qui ont une période haute et basse tout au long du jour et de la nuit.
  3. Conception de pyramide. La forme pyramidale spécifique semble améliorer considérablement les champs telluriques qui montent et pénètrent au centre de la chambre.
  4. Remplissage intérieur de la pyramide. Dans un certain nombre de pyramides, des roches qui sont de bons conducteurs électromagnétiques remplissent l'intérieur des pyramides et sont utilisées pour améliorer le champ pulsé. Les roches qui ont des veines avec du quartz, du granit et d'autres propriétés conductrices d'électricité semblent être favorisées.

Les découvertes chimiques et minérales que Gomez a faites à la Pyramide du Serpent ont bon nombre des mêmes propriétés que celles trouvées dans les emplacements des pyramides mayas, avec quelques rebondissements.


Hugh Harleston Jr.

L'un des plus éminents métrologues de Teotihuacán est, sans équivoque, le Dr Hugh Harleston Jr., qui, à la fin des années 1960 et dans les années 1970, a mesuré cette « ville rituelle » à partir d'une « … composition géométrique unifiée dont les intervalles sont clairement définis, et Harleston a rapidement pu pour établir l'unité de mesure de base dans ses dimensions. Cela s'est avéré être une unité de 1,0594 mètres, que Harleston a appelée l'unité standard de Teotihuacán (STU) ou Hunab après le mot maya, adopté par les Aztèques, pour Mesure. Il a également reconnu la signification géodésique de cette unité : 1,0594063 mètres équivaut à la « tige juive » de 3,4757485 pieds, la même unité qui représente la largeur des linteaux de Stonehenge, une six millionième partie du rayon polaire de la terre et une partie dans 37.800.000 de sa circonférence moyenne. (Réf. La nouvelle vue sur l'Atlantide, Dr John Michell, 1995, p. 131).

Aussi : « Harleston dit des constructeurs de Teotihuacan : ‘Quand ils tracent une ligne, ils vous indiquent une zone. Lorsqu'ils dessinent une zone, ils vous indiquent un volume. Quand ils mettent du volume, ils vous disent l'heure.

Donc, ce dont nous avons affaire ici, ce sont en fin de compte trois métrologies fondamentales (avec l'Imperial Mile/Foot et le mètre ajoutés pour leur utilisation omniprésente) - Premièrement, le Dr Harleston avec les STU ou l'unité de mesure standard de Teotihuacán étant en pieds – les 3,4757485 pieds susmentionnés = 1 STU (qui, selon Harleston, est la mesure du bâton sacré juif et surnommé le Hunab (Maya pour « mesurer »)… et que cette mesure Hunab était utilisée par les anciens pour mesurer leurs objets à travers la Terre).

Deuxièmement, l'unité de base sumérienne qui est mesurée en "shusi" de 0,66", lien de 12 shusi (7,92"), pied de 20 shusi (13,2") coudée de 30 shusi (19,8"), yard de 50 shusi (33,0" ), etc. – alors que le « pied sumérien » est, comme indiqué, 13,2 » (ou 1,1 ') et que le « SF » ou "s.f" - donc, 10 s.f. sont calculés 10 * 13,2" = 132" ou 132"/12" = 11'. Troisièmement, l'unité développée par Saburo Sugiyama a surnommé l'unité de mesure TMU ou Teotihuacán qui mesure 2,69 'ou 32,68" ou 83 cm.

Dans la carte colorée ci-dessus, nous observons le début des mesures de la brillante équipe du Dr Hugh Harleston Jr. – dont les conclusions, cependant, laissent à désirer dans la mesure où « certaines » des dimensions globales de l'affaire Citadelle, mais quand maillés avec ceux de « l'équipe d'Allen » d'unités GPS sumériennes, ils confirment un certain nombre de nos soupçons selon lesquels le site de la plate-forme de la Citadelle est vraiment de 1 320 ' x 1 320' (pas un quadrilatère à quatre côtés mais un quadrilatère à quatre côtés -face carré).

Le dessin ci-dessus a été réalisé en 1998 (après de nombreuses années de recherche et de mesure – je m'empresse d'ajouter). Veuillez noter que la structure "Saturne" (c'est-à-dire la Citadelle) est de 378 STU x 396 STU (Unités Teotihuacán standard de 3,4757485 pieds ou 378 * 3,4757485 pieds = 1 313,832933' x 1 376,39641' (irrégulier et assez curieusement beaucoup plus grand que le 1 320' x 1 265' SF (mesure du pied sumérien de 1 200 sf x 1 150 sf de la plate-forme de la Citadelle)) mesures. Curieusement, il semble que Harleston a peut-être placé par inadvertance un 378 STU de l'autre côté de l'Avenue des Morts dans « devant " de la Citadelle - donc, à l'avant, il a 378 STU, 378 STU sur les côtés mais 396 à l'arrière de la Citadelle. Plus tard, Harleston, comme vous le verrez, a déterminé que le site était carré à 378 STU x 378 STU .

Les mesures de la Citadelle de Harleston en pieds sont différentes de notre « mesure prévue » de 1 320 pi x 1 320 pi (c'est-à-dire 1 313,832933 pi sur 1 313,832933 pi si vous utilisez 378 STU x 378 STU). You will find, as I, that Harleston’s metrologies bear outstanding proportional integration, consistency and inter-relationships by capturing the overall design by the original and subsequent developers of the site/structures in building a metrological system.

He, as we, confirm their intentions were not random placements but were by design intended to convey astronomical, calendrical, and, especially cosmological meaning (herein we place their religious and/or spiritual implications and extrapolate them to the measurements of the New Jerusalem of John the Beloved, and exemplified within the geometry of the New Jerusalem Diagram, which, in the main, is a superb and most dynamic expression of celestial realities).

Again, the above map was drawn in 1998 by Dr. Hugh Harleston, Jr. Now, I must tell you that these irregularities among these metrologies – especially these three metrologists (Harleston, Sugiyama, and the Allen-GPS Team/Synthesis) have been chosen from a somewhat vast pool of metrologists (there are others as well).

These metrologists appear to be the most diligent and comprehensive in their measurements and conclusions although sometimes their measurements are skewed in order to conform to their particular “systems”, they are, nevertheless, done with a sincerity of purpose altogether admirable insofar as the science of metrology and cosmology concern.

We may differ with them in our interpretation – but we must admire them for their supreme efforts in relating to the general public the immensity of their discoveries under strenuous conditions – some having accomplished this herculean fete of measurement for nigh half a century!

In 2001 the Harleston team came out with these metrologies on their 3-D map (above) – again, using the STU as their standard unit of measurement however, please note to the right/facing that the Citadel’s measurements have been decreased to 378 x 378 STU (not 378 x 396) or 378 * 3.4757485’ = 1,313.832933’ x 1,313.832933’ just shy of our 1,320’ x 1,320’ or 6.167067’ on both dimensions however, they have “au carré” the Citadel platform – whereas, the Atlantisbolivia site (Allen) has remained irregular and created a rectangle at best or simply an irregular sided quadrilateral, not a four-square platform. However, that said – and while admiring the proportional symmetry of the city’s platform and structures – we are, nevertheless, befuddled that in order to achieve his overall length of 2,268 STU (observe the 936 + 936 + 396 = 2,268 STU and securing his 3:1 ratio in its width as 756 STU (see backside of the Pyramid of the Moon measurement) wherein 756 STU/2 (1/2 on each side of its axis or Avenue of the Dead) = 378 STU (which is the same measurement on the base square sides of the Citadel at 378 STU x 378 STU however, the 396 STU behind the Citadel “appears” to agree with the measurement of the 378 STU…but that cannot be. Therefore, we assume that the 396 STU measurement must extend to both sides of the Citadel with the greater balance of the difference (396 STU less 378 STU = 18 STU) on the “southern side” of the Citadel – a slight technicality, however, 18 STU is 18 * 3.4757485’ = 62.563473 Linear Feet…no small “fete” – but unequivocally the Citadel is a square.

Dr. Harleston has been at this a very long time. One must realize that excavation, simultaneously, has been going on throughout the complex – changing the overall measurements therefore, he has tried to be as accurate as he can be with his team of researchers. It’s like trying to measure a boy’s height when he’s still growing! As the extensive work of Saburo Sugiyama (our third metrologists under review) states regarding the history and measurement difficulties at Teotihuacán and its major objects, let alone its overall city dimensions:

“Many of the structures visible today at the city were built in highly symmetric relation [My comment: That’s reassuring.] to each other along the north-south axis (Avenue of the Dead) at the latest by approximately 250 AD, though initial construction stages with significantly different spatial distributions may have begun at least one century earlier (Million 1973 Million et. al. 1973 Sugiyama 2003). In spite of the large corpus of information from the city’s apogee [Note: At one point the population exceeded 200,000 by 600 AD – although the author of this link, along with many other misinformed, calculate Teotihuacán to be 8 sq. miles or more, our claim, based on the ancient duodecimal system pegs it at 7,920’ (north/south axis) by 2,640’ wide or 1.5 miles * .5 miles = .75 square miles or 20,908,800 sq. feet/43,560 sq. ft. (1 acre) = 480 acres…a square mile is 5,280’ * 5,280’ = 27,878,400’/43,560 sq. ft. = 640 acres…480/640 = 0.75% – the architects of the city, according to Harleston, having commenced around 600 BC], we are critically lacking data from its initial stages, which would allow us to better examine issues related to its genesis and early transformation processes.

“According to our current ceramic chronology and C14 data, among the few known early constructions were the city’s three major monuments: the Sun Pyramid, the Moon Pyramid, and a large ceremonial complex, called the Citadel, with its main structure the Feathered Serpent Pyramid (FSP). …However, the city’s basic spatial arrangement evidently endured until its collapse around AD 600 (Millon 1988 Cowgill 1996 Sugiyama 2003).

“Extensive explorations of these three monuments began in the early 20th century when precise and systematic recording methods had not yet been established (e.g., Batrese 1906 Gamio 1922 Salazar 1970).

“Therefore, the original excavation data from these projects are scarce, fragmentary, or often inaccurate. However, two large projects to re-explore the PSP in 1988-89 and the Moon Pyramid in 1998-2004 are providing new architectural and chronological information (Cabrera, Sugiyama, and Cowgill 1991 Sugiyama 2004 2005 Sugiyama and Cabrera 2003 Sugiyama and Lopez 2006, 2007).

“The Sun Pyramid was also excavated recently by an INAH project that completely uncovered its facades and basal platform (Matos 1995).” (THE ARCHAEOLOGY OF MEASUREMENT – COMPREHENDING HEAVEN, EARTH AND THE TIME IN ANCIENT SOCIETIES – Cambridge University Press – 2010 – by Lain Morley, Colin Renfre, under the section known as the preliminary results of the “Measurement Unity Study”)

So you see – this is not so easy – see here at World Mysteries extensive coverage at Teotihuacán. A casual aerial view of, for example, the plaza in front of the Pyramid of the Moon (above), clearly shows surrounding altars impacted with dirt which covers most of their backsides…work is still very much on-going insofar as restoration/excavation concerns.

The drawing made in 1984 by the Harleston team measured the Citadel in what appears to be around 378 STU (see back side) to a sort of “open ended” either “336” to an “eye evaluation ledger” (cir. 1984) on the side equally somewhere between “0 and 380” with 380 appearing as if it were intended to be the other side measurement – but this has left us somewhat “open-ended” in our ability to accurately measure with the naked eye. Again, the 378 x 378 (or his perimeter of 1,512 STU) would be 1,313.832933’ x 1,313.832933’ – however, if we were to calculate 380 STU x 380 STU we would have 380 * 3.4757485’ = 1,320.78443’ x 1,320.78443’ and, quite frankly, this measurement is easily envisioned as 1,320’ x 1,320’.

Harleston, however, is fairly set on his calendrical, astronomical, or cosmological systems. Again, from 1964 into 1972 and 1974, the Harleston team did an extensive style of metrological drawings and came up with this. [Please “enlarge” your view to maximum to see his calculations.] However, the far right/facing Citadel he initially measured as 377H (i.e., STU) x 378H (Hunabs) or 377H * 3.4757485’ = 1,310.35718’ x 1,313.832933 (adding 1 more Hunab of 3.4757485’) to his 377 STU would have given him a 378H x 378H measurement and, consequently, a quadrilateral square – not a quadrilateral rectangle – which 378H x 378H he eventually acquiesced to as a logical conclusion: A square object!

On the other hand, precisely measuring the Citadel at 1,320’ x 1,320’ would necessitate the following measurements converted to STU (aka “hunabs”) as:

Again: 1,320’/3.4757485’ (1 STU/Hunab) = 379.774313361295 STU/Hunabs * 4 (if a perfect square Citadel base) equals a base Citadel perimeter of 1,519.097253440518 STU (or 1,519.10 rounding up) not Harleston’s 1,512 STU (if the Citadel is a square) or 5,280’ base perimeter (1,320’ * 4 = 5,280’) vs. 5,255.331732’ base perimeter or a differential of 24.668268’ or 7.1 STU/Hunab. We are scarcely talking about a differential on all of the sides of the square around six feet or a difference of 24.668268’/3.4757485’ (1 STU) = 7.09725344 STU.

If we examine the Harleston measurements over a period from 1964 to 2008 – some 44 years – their consistency has been amazing and approximating the 1,320’ x 1,320’ square of the Citadel – which we believe to be the intention of the builders – not an ambiguous quadrilateral (any four-sided object) as Harleston in earlier rendering/measurements left open for speculation (but has since maintained the Citadel as a quadrilateral square).

The foursquare quadrilateral matches the New Jerusalem (“The city is laid out as a square its length is as great as its breadth…its length, breadth, and height [for it is a cube] are equal” Rev. 21:16.) and other measurements at Teotihuacán. The 1,320’ x 1,320’ x 1,320’ x 1,320’ (base perimeter = 5,280’) measurements are, as well, so close to that of the “Sumerian Foot Team” (4,700 s.f. = base perimeter = 5,170’ – their team GPS from a north/south measurement is 1,320’) and the Harleston measurements (1,152 STU = 5,255.331732’ perimeter) as to be inconsequential as to their differences. Notwithstanding, there have been many other attempts at the Citadel’s measurements, including those done by Saburo Sugiyama in 1993 with additional research up through and including 2008.


Teotihuacan: The Place where Men Become Gods

Among the hundreds of archaeological sites in Mexico, Teotihuacan is the most visited, even more than the New Wonder of the World, Chichen Itza, or the mysterious city of Monte Albán, in Oaxaca. Teotihuacan is for Mexicans a pre-Hispanic Mecca. Teotihuacan is now a Unesco World Heritage Site.

Visiting Teotihuacan is a pilgrimage many families make, that creates some of the most treasured memories of our childhood, and having climbed the hundreds of steps of the Pyramid of the Moon is an experience that we like to boast about.

To ancient Mexicans, Teotihuacan was a holy city. Located a 40 miles northeast of Mexico City, it was the birthplace of the fifth sun. “The world had been destroyed four times. To bring forth the rise of a new sun the gods gathered at Teotihuacan.

They performed sacrifices and life returned to earth: the fifth sun was born.

Many assume that the Aztecs or Mexicas built Teotihuacan, but it was not. In fact, historians do not yet know who constructed it, but they do confirm that it dates centuries before our era, and that in its period of splendor it was inhabited by 150 to 200 thousand people and that it extended more than 20 square kilometers of built territory.

Teotihuacan became the most important city of ancient Mexico from 300 B.C. to 900 A.D., approximately. During this period, the Teotihuacan Empire exerted its influence upon many regions in Mesoamerica.

Its architecture displayed monumental characteristics.

Given its mystical essence, thousands of people visit Teotihuacan and ascend the Pyramid of the Sun and Moon during the spring equinox every March 21. Do not visit Teotihuacan if your intention is to learn about this archaeological marvel in depth.

List of site sources >>>


Voir la vidéo: Teotihuacán - Les trésors de la cité des cieux (Janvier 2022).